French Tech Visa : Quand la France attire les talents !

Ce jeudi 15 juin 2017, le Président Emmanuel MACRON a annoncé, lors de sa visite au salon Vivatech, le lancement du « French Tech Visa ».

Son but est double : faciliter les démarches et attirer les talents internationaux.

Il s’adresse aux ressortissants étrangers et permettra d’attirer les talents du secteur. Il vient compléter le « passeport talent », lancé il y a quelques mois et qui est destiné aux entrepreneurs, artistes et autres designers. 

Passeport Talent, French Tech Visa : Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de deux dispositifs complémentaires qui visent à faire venir en France les meilleurs talents.

D’un côté, le Passeport Talent est une carte de séjour d’une durée maximale de 4 ans. Son objectif est de rendre plus lisible le droit au séjour des talents que la France souhaite attirer. Mis en place en 2016, le French Tech Visa s’appuie sur ce dispositif.

De l’autre, le French Tech Visa est une procédure simplifiée et accélérée pour l’obtention d’un titre de séjour, notamment d’un Passeport Talent. Le French Tech Visa s’adresse aux talents étrangers éligibles et sera lancé au printemps 2017.

Son objectif est simple. Attirer les talents internationaux de la Tech comme des fondateurs et employés de startups et scale-ups étrangères ou françaises, des investisseurs étrangers.

Le nombre de visas ne sera pas limité a priori, sous réserve pour les candidats de remplir les critères d’éligibilité.

Ce nouveau visa sera aussi proposé par des acteurs de la French Tech. Parmi eux, les incubateurs ou accélérateurs de startups, scale-ups ou encore des fonds d’investissement en capital risque. Il sera délivré à des talents étrangers que ces acteurs ont accompagnés ou recrutés en France.

Quels critères pour obtenir ce visa ?

  • Pour les salariés, la rémunération brute exigée est d’au moins deux fois le Smic. Il faut disposer d’un diplôme de niveau master ou plus.
  • Pour les investisseurs, il faut réaliser un investissement en immobilisation corporelle ou incorporelle d’au moins 300.000 euros. Il faut aussi détenir au moins 10% du capital de la société bénéficiant de l’investissement. Enfin, l’investisseur doit s’engager à créer ou sauvegarder de l’emploi dans les quatre années suivant l’investissement.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://visa.lafrenchtech.com

[vc_separator color= »white »][vc_btn title= »JE CONTACTE MON CONSEILLER SECAB » color= »green » size= »lg » link= »url:mailto%3Acontact%40secab.fr||target:%20_blank| »]