Financez votre entreprise avec le crowdlending

1) Qu’est-ce que le crowdlending ?

Le crowdlending fait parti de la famille du financement participatif.  Il permet de financer son entreprise sans passer par les banques mais par le biais de prêts de particuliers. Ce système est autorisé en France depuis 2014 avec le décret n°2014-1053 du 16 septembre 2014, relatif au financement participatif.
A la différence du crowdfunding, plus largement connu, il ne s’agit donc pas de dons. En effet l’entreprise recevant des fonds par les préteurs doit les rembourser sur la base du capital auquel s’ajoute des intérêts.
Ce nouveau mode de financement offre un accès rapide et sécurisé à un crédit pour satisfaire vos besoins en croissance, investissement ou trésorerie.

Le crowdlending est très répandu aux Etats Unis et en forte progression en France avec 48 millions d’euros de prêts et environ 200 millions d’euros en 2015.
Dans un contexte de crise financière, le crowdlending prévoit d’être durable puisqu’il propose une alternative aux emprunts bancaire, avec un taux moyen de prêt de 84 000 annuel en France. 
Par ailleurs, nous verrons que les entreprises devront reverser aux préteurs des intérêts plutôt élevés, avec en moyenne 7,4% annuellement. (chiffre de 2017)

2) Comment peut-on en bénéficier ?

Concrètement, pour bénéficier du crowdlending, vous devrez tout d’abord vous inscrire parmi les plateformes autorisés et déposer votre dossier de candidature.
En 2016, il existait 38 plateformes  de crowdlending actives selon l’association Financement Participatif France. Afin de vous guider pour votre choix il existe des comparateurs de plateformes, par exemple Comparelend, premier comparateur aux Etats Unis et en France.

Grâce à ces différents sites internet et leur nombreux membres, vous pouvez emprunter de 2000 à 1 000 000 euros  sur une durée de 3 mois à 5 ans. Chaque particulier peut vous prêter un maximum de 2000 euros. 

Prenons un exemple : si vous souhaitez emprunter 100 000 euros à un taux annuel de 7,4% sur 2 ans ; vous devrez rembourser au total environ 194 000 euros (94 000 d’intérêts, mensualités d’environ 8100 euros  et donc 24 paiements au total) dans le cas où votre financement abouti.

 Il faut savoir que la plupart des plateformes sont exigeantes en terme de sélection et demande par exemple 2  années d’exercice comptables clos et un chiffre d’affaire minimum. Concernant la détermination des taux d’intérêts, nous comptons 2 méthodes utilisées par la plupart des plateformes. D’une part en se basant sur la durée d’emprunt et du risque lié au dossier. D’autres part, avec un système d’enchère par rapport au taux souhaité.

Le crowlending permet alors, en un temps record  et de manière sécuriser, de lever plusieurs milliers voire centaines de milliers d’euros grâce au grand nombre de préteur sur les différentes plateformes.

3) Les limites du crowdlending

Nous avons vu que le crowdlending est une alternative aux banques dans un but de financer votre entreprise.
Par ailleurs, le remboursement des intérêts sur capital est très élevé et s’effectue majoritairement sur une courte période. Il dépasse ainsi les taux proposés par les banques avec jusqu’à 12% de taux fixe annuel.
De plus, la plateforme de crowdlending touchera une commission entre 3 et 5% de votre emprunt, dans le cas où celui-ci abouti avec succès. D’autres frais peuvent s’appliquer comme un pourcentage annuel sur le capital restant dû (généralement 1%).

Finalement, le principal frein de ce financement participatif sera son coût. Le crowdlending s’adresse alors  à des entreprises très stables financièrement, de telle sorte à être capable de rembourser les préteurs (et verser les intérêts)  dans le temps imparti.

4) Besoin de financer votre projet ?

Outre le crowdlending, il existe bien entendu d’autres moyens pour financer votre projet. 

Par exemple crowdfunding vous permet de collecter des fonds par l’intermédiaire de donateurs. Selon l’association Financement Participatif France, la moyenne des financements a été d’environ 10 000 euros par projet en 2015. Cette somme bien que limité, vous permettra de mesurer le potentiel de votre projet et avoir plus de poids aux yeux des investisseurs.

Vous pouvez aussi faire appel à des « Business Angels »,  des particuliers qui investissent leur épargne dans des entreprises à forte croissance. Par ailleurs, en 2015, seulement 5% des projets sont retenus, due à une forte concurrence. Il est donc nécessaire de bien préparer son dossier en amont.

Enfin vous pouvez  réaliser des levées de fonds auprès de fonds d’investissement ou de banques.
Pour en savoir plus, consultez notre article « Création d’entreprise : les outils pour financer son projet »

Quel(s) que soit le ou les modes de financement choisis, il est important de définir précisément votre besoin et préparer avec soin votre projet. Pour mettre toutes les chances de votre coté,  chez Secab, nous vous aidons dans votre processus de financement : de la préparation de votre projet à sa présentation auprès d’investisseurs ou prêteurs.